« Si tu es fils de Dieu…. »

13 février 2005

Ainsi commence chacune des trois tentations de Jésus au désert, dont nous avons le récit chaque année au premier dimanche de carême. Pour « Satan », le pervers champion du détournement des idées les meilleures, il s’agit d’insinuer l’idée que si Jésus est bien le « fils de Dieu », alors il n’a qu’à en profiter : si tu as faim, utilise ta divinité pour faire que ces pierres deviennent du pain ; si tu te jettes en bas de cette quasi « falaise », tu peux être rassuré : Dieu, qui est tout-puissant, te protégera sûrement pour t’éviter la moindre blessure ; quant à l’univers, il peut t’appartenir pour peu que tu m’adores, c’est-à-dire que tu reconnaisses en moi-même le vrai Tout-Puissant !
On le voit donc : ces trois tentations sont trois manières de manipuler Dieu, de nous servir de lui au lieu de le servir, de nous le fabriquer, telle une idole, à l’image de nous-mêmes au lieu de nous laisser configurer à son Image (celle du Christ). Jésus montre au contraire qu’être « Fils de Dieu » et se comporter comme tel, c’est apprendre à se recevoir de Dieu, à ouvrir les mains à sa sainte volonté, à s’en remettre à lui dans la confiance, si obscurs que puissent nous paraître les chemins par lesquels il nous conduit…

Le temps du carême nous est justement offert pour cette conversion. Conversion la plus fondamentale et la plus radicale qui soit, puisqu’elle touche au plus intime de notre désir : nous faire « comme des dieux », comme l’insinue le Serpent de la Genèse… Quel « deuil » à faire ! Mais aussi quel chemin de vie est ainsi ouvert ! Tel fut en tout cas le chemin « pascal » qu’a suivi Jésus, Lui qui s’est comporté parfaitement comme « le Fils ».
Et tel est le programme qui nous est donné à vivre, à sa suite, en ce carême…
L’un des chants qui vont rythmer nos liturgies des dimanches de carême nous l’exprime fort bien :
Ravive en ton peuple, Seigneur, la soif et la faim, Rappelle à ton peuple, Seigneur, le chemin du Serviteur.
1- Est-ce de voir les pierres devenir du bon pain que nous croirons en toi ? Est-ce de voir les pierres se lever pour crier que nous suivrons tes pas ?
2- Est-ce de voir ton Fils se montrer le plus fort que nous croirons en toi ?
Est-ce de voir ton Fils échapper à la mort que nous suivrons tes pas ?
3- Est-ce de voir ton Fils sur le trône des rois que nous croirons en toi ?
Est-ce de voir ton Fils refuser une croix que nous suivrons tes pas ?

Père Louis-Marie Chauvet

Les commentaires sont fermés.